17 décembre 2007

Flemme et Bourse

l'avantage du flemmard, est que sans effort reste au même niveau.
Son adversaire redoutable et le concept de la Bourse.
Ne cessant jamais de vouloir croître.
Seul animal à prétendre à l'infini progrssession.
Seul Chose à penser son invulnérabilité et son hégémonie
Seul chose jamais accusé lorsqu'il s'agit de panser les plaies.

Ainsi sachant, que l'infini progression est une leurre
il m'est amusant d'attendre le juste retour des choses.
Or toute notre société est suspendu au fil de la Bourse
A savoir que Tout politque non extrême ne veut la défier.
A infini progression , il en va de même pour les quantités d'argent.
Or triste  constat, est que celui ci n'est pas partagé équitablement.
Quand l'un vit pour une misère. Celui qui vit déja gras.
Use, sophiste, de réthorique. Afin de culpabiliser l'esclave salarié.
Et de retourner sa colère envers le flemmard contemplateur.

Or ce n'est pas le flemmard qui partage les richesses.
ce n'est pas le flemmard qui fait la loi.
ce n'est pas le flemmard qui mange gras.
ce n'est pas le flemmard qui sème la colère.
Ce n'est pas le flemmard qui est l'insatiable.
Ce n'est pas le flemmard qui pousse à l'envie
Ce n'est pas le flemmard qui pousse à l'égoïsme
Ce n'est pas le flemmard qui use de sophisme
Ce n'est pas le flemmard qui use d'illusion et de mensonge.
Ce n'est pas le flemmard qui veut se faire élire au prix de son âme
Ce n'est pas le flemmard qui veut plaire.

Le flemmard est homme de paix
Autant qu'il est haïs et méprisé
Le flemmard est généreux
car donner est signe de Paix

Il n'a simplement aucune raison de faire.
Car chaque qu'on veut lui démontrer
Soit l'emprisonne, soit le corrompt
il est difficile d'être Homme de Paix
dans cette folie de l'Hyperconsommation
Il est difficile de se maintenir en Paix
Dans cette propagande d'insatiabilité.

Ce n'est pas moi, qui dit de se laisser tenter
Ce n'est pas moi qui dit de se laisser posséder
Ce n'est pas moi qui ai peur de passer pour un crétin.
Ce n'est pas moi qui fait croire à la jeunesse étérnelle
Ce n'est pas moi qui fait peur à la mort imminente
Ce n'est pas moi qui aime la femme formaté.

j'aime juste la grâce du regard.
J'aime juste contempler les choses
J'aime juste trouvé le beau, dans l'illusion du laid
j'aime juste voir l'enfant rire, ses parents vivre.
j'aime juste voir l'étincelle de l'amour
j'aime juster aimer

Mais dans ce monde,
Je suis de ce qu'il y a de plus faible
je ne durerais pas longtemps
ma vie sera riche d'insignifiant.
MAis pour rien au monde, je ne changerai la donne
J'attend juste le retour des choses
avant que l'on viennne m'arracher à ma paix
Comme l'on arrache la laide plante
dans un jardin en quête d'Eden.

Voilà pourquoi j'existe.
sans l'apparence du laid.
il n'y aurait d'apparence du beau.
Sans le pauvre, il n'y aurait de riche
Je pleure l'esclave dans sa cage aux barreaux d'or.
Je pleure ce monde qui s'auto détruit
j'attend le jardinier.
qui fera de ce monde, une beauté sans vie
je vivrais sans combattre.
L'on pourra faucher mon corps
mais jamais mon esprit

Sans le flemmard à la douce utopie
Quel espoir pour celui qui souffre
de sa vie d'illusion?






Posté par Skerath à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Flemme et Bourse

Nouveau commentaire